Dernière minute : Accès au massif des Alpilles : MARDI 19 Septembre 2017 : ROUGE - VOUS POUVEZ VOUS BALADER TOUTE LA JOURNÉE (travaux forestiers autorisés de 5h à 13h)

L’origine des fêtes de Mouriès

Les fêtes Provençales de Mouries, appartiennent à une époque qui remonte aux premiers temps de la Nacioun Gardiano et que l’on peut qualifier d’héroïques. Conçues dans l’esprit  Mistralien des fèsto virginenco  pour glorifier et maintenir le costume arlésien, elles prirent d’emblée une signification plus élargie et du fait de la participation du Marquis de Baroncelli et  la  Nacioun Gardiano, elles furent  naturellement des fêtes taurines, ce qui s’accordait parfaitement d’ailleurs avec l’état d’âme de la population au sein de laquelle les traditions provençales n’avaient pas cessé de rester vivantes.

La première de ces fêtes eut lieu en 1912. Elle coïncida avec la fête votive de la Saint Louis, à la fin du mois d’août. En 1913 et les 13, 14 et 15 juin 1914, la fête eu lieu de nouveau et tout porte à croire qu’elle se fut répétée chaque année si la guerre n’était venue apporter d’autres soucis infiniment plus graves. Après la guerre passèrent deux années pendant lesquelles il eut été indécent de festoyer. Mais en 1920, Les 25, 26 et 27 juin, la fête fut reprise.. On dit qu’il resta un millier de personnes à la porte des arènes. La preuve fut faite qu’il n’était plus possible de continuer si l’on ne disposait pas d’une enceinte plus vaste. Pendant  sept ans les gens de Mouriès rongèrent leur frein, tout en gardant l’espoir  de faire revivre un jour les fêtes de  naguère. En 1927 le dernier dimanche de juin, avant même que les nouvelles arènes, dessinées par le Marquis de Baroncelli, fussent complètement terminées, on les inaugura. Ce fut un triomphe sans précédent en raison de l’extraordinaire climat d’enthousiasme dans lequel la fête se déroula.

Le Marquis de Baroncelli, créateur de la Nacioun Gardiano a été le principal acteur  de ces fêtes d’antan.

En 1912, il y eut deux jours de fête : Le dimanche consacré à un défilé auquel participèrent la société musicale, les cavaliers de la « Nacioun Gardiano », des farandoleurs  et deux chars décorés de  verdure et de fleurs, sortes de « Carreto  ramado » sur lesquelles avaient pris place les jeunes filles de Mouriès parées de leurs plus beaux costumes, défilé suivi de danses et de farandoles. Le lundi consacré  aux  jeux de gardians et de nouveau à la danse. Le journal « Le petit Marseillais » ne parle pas de course de taureaux, en revanche il signale que le poète Charloun Rieu vint chanter ses chansons et que la population acclama les gardians et les porta en triomphe pour leur manifester sa gratitude d’être venus participer à la fête.

Pour les fêtes des années suivantes, les grandes lignes du programme ne varièrent guère. En 1920, la fête eut un éclat exceptionnel ! L’affluence dépassa toutes les prévisions, ce qui amena quelques désordres. Le point culminant de la fête de 1927 fut le moment où la plaque commémorative de l’inauguration des arènes fut dévoilée devant les cavaliers de la Nacioun Gardiano rangés « en bataille » de part et d’autre du Marquis de Baroncelli, de Joseph d’Arbaud et de Jean Bérard.

A l‘époque de ces quatre premières fêtes, où les chars n’existaient pas, les gardians firent  à cheval avec les bêtes le long chemin du mas de l’Amarée à Mouriès.

Le trajet durait du vendredi au samedi soir. Le retour s’effectuait par le même chemin. Pratiquement tous les membres de la Nacioun Gardiano de l’époque  sont venus successivement à MOURIES.  D’abord  ceux qui ont été  avec le Marquis de Baroncelli les « primadié »  de l’association. Il y eut aussi, bien entendu,  Jospeh d’Arbaud. Par la suite d’autres plus jeunes se mêlèrent aux anciens ou les remplacèrent.

 

Jean Pierre VIANES

Agenda des manifestations

AGENDA
Les mercredis : Marché
Le 23 septembre : Nettoyons la nature
Le 7 octobre : La Grande Journée de Johnny
Le 15 octobre : Fête du Goût et des Saveurs
Le 31 octobre : Soirée Bouh-Dégâts
Le 1er novembre : Hommage aux défunts de la commune
Le 11 novembre : Cérémonie commémorative - Armistice 1918
Le 1er décembre : Veillée Calendale
Du 9 au 10 décembre : Marché de Noël